Marie-Louise(s) (3)

10614396_351017998385797_58754215860167453_n

J’ai raconté les histoires de Marie-Louise et Marie-Louise. Mon billet du jour est consacré à leur fille et petite-fille, Marie-Louise Peltier, née en 1924 à Villemoisan, dans le Maine-et-Loire (et un peu de sa sœur, Odile, ma grand-mère).

Marie-Louise a 4 ans au décès de sa petite sœur Jeanne.

A 8 ans, elle perd son père.

Comme sa mère, elle perd petite sœur et père en bas âge. Mais, à la différence de sa mère au même âge, elle continue à vivre en famille, avec sa petite sœur Odile.

Je suppose que Marie-Louise Brard souhaitait préserver ses filles de l’abandon qu’elle avait elle-même vécu. Peut-être a-t-elle pensé à cette répétition d’événements survenant dans la vie des Marie-Louise(s) de la famille ?

Quoiqu’il en soit, Marie-Louise et Odile Peltier grandissent dans les années 30, entre deuils et jeux d’enfants. Les deux petites filles sont proches et complices. Leur mère les protége beaucoup.

Mais il faut aussi faire vivre la famille, Jean étant parti si vite.

D’ailleurs Marie-Louise tient une épicerie-mercerie.

Les deux petites filles sont douées en classe. En particulier, les institutrices d’Odile souhaitent qu’elle poursuive ses études afin de devenir institutrice. Hélas, sa mère refuse, estimant peut-être que les études n’étaient pas indispensables aux jeunes filles, mais surtout, qu’il était temps qu’elle gagne sa vie.

Marie-Louise, quant à elle, grandit et devient une jeune fille épanouie. Elle rencontre Lucien et se marie. Très vite, ils ont deux enfants, un garçon et une fille. Mais le drame n’est jamais loin pour les Marie-Louise de la famille et Marie-Louise Peltier meurt à 24 ans d’une maladie grave et soudaine.

J’ai eu du mal à écrire ce dernier billet sur les Marie-Louise(s) car cette dernière histoire est « récente », quoique vieille de 70 ans. J’ai réussi, probablement parce que ma grand-mère n’est plus (et parce que ma fille arrive).

Publicités